Emploi

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a diminué en début d'année, tant sur un trimestre que par rapport à la même période de l'année précédente. La décrue a été un peu plus marquée qu'au niveau national. Le chômage de catégories A, B et C, stable sur un trimestre, s'est en revanche inscrit en hausse sur un an. Le chômage de longue durée a continué d'augmenter ; il concerne désormais 43,4 % de l'ensemble des demandeurs d'emploi. La forte progression de l'emploi intérimaire ne s'est pas démentie lors des premiers mois de 2018.

 

EFFECTIF SALARIÉ

Accélération de la hausse des effectifs salariés au quatrième trimestre 2017.
Au quatrième trimestre 2017, en Auvergne-Rhône-Alpes, les effectifs salariés du secteur privé sont en hausse de 0,7 % par rapport au trimestre précédent (en données corrigées des variations saisonnières). Cette évolution est la plus élevée depuis 2005. La hausse a été portée par le tertiaire (+ 0,8 %) et le BTP (+ 0,7 %). La progression des effectifs salariés industriels s'est accélérée, atteignant + 0,5 % après + 0,1 % lors du troisième trimestre 2017.

N.B. : Les données des trimestres antérieurs au 4e trimestre 2017 ont été révisées du fait des traitements de dessaisonalisation. Les données du 1er trimestre 2018 n'étaient pas disponibles à la date de parution. Les données ne prennent pas en compte les missions d'intérim. Depuis mars 2015, les Déclarations Sociales Nominatives (DSN) se substituent progressivement aux Bordereaux Récapitulatifs des Cotisations (BRC). A ce stade de la montée en charge, les effectifs y sont déclarés pour chaque établissement suivant la même définition que dans les BRC. Les DSN sont mensuelles. La mise en oeuvre progressive du nouveau dispositif, ainsi que la refonte de la chaîne de traitement statistique des effectifs salariés associée, pourraient conduire à des révisions plus importantes.

 

 

MASSE SALARIALE

La masse salariale, toujours en hausse.
La masse salariale a continué de progresser au quatrième trimestre 2017 (+ 1,1 % par rapport au trimestre précédent, en données corrigées des variations saisonnières). Cette croissance a été plus importante que celle du trimestre précédent (+ 0,7 %). L'augmentation de la masse salariale a été portée par le BTP (+ 1,7 %) et le tertiaire (+ 1,2 %), alors qu'elle a été moindre dans l'industrie (+ 0,5 %).

N.B. : Les données des trimestres antérieurs au 4e trimestre 2017 ont été révisées du fait des traitements de dessaisonalisation. Les données du 1er trimestre 2018 n'étaient pas disponibles à la date de parution.

Consultez l'intégralité des publications :
URSSAF région Auvergne
URSSAF région Rhône-Alpes

 

DEMANDEURS D'EMPLOI

Baisse du chômage de catégorie A.
Au premier trimestre, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'est établi en moyenne à 380 300, soit une baisse de 1,2 % sur un trimestre et de 2,0 % sur un an. La décrue a été un peu plus marquée qu'en France métropolitaine (respectivement - 1,0 % et - 1,4 %). En repli sur un trimestre (- 0,9 %), les demandeurs d'emploi de 50 ans ou plus (catégorie A) sont cependant demeurés plus nombreux que l'année précédente (+ 0,7 %). Sur un an, le chômage des hommes est nettement mieux orienté que celui des femmes : - 4,3 % contre + 0,4 %. Le chômage global de catégories A, B et C s'est stabilisé sur un trimestre (0,0 %) mais a augmenté de 2,3 % sur un an, des évolutions similaires à celles enregistrées au niveau national.

N.B. : Différents facteurs peuvent affecter les données : modification du suivi des demandeurs d'emploi, comportements d'inscription... Les données sont désormais publiées tous les trois mois et sont exprimées en moyenne trimestrielle.

 

LICENCIEMENTS ÉCONOMIQUES

Recul du nombre de licenciements économiques.
Au premier trimestre, le nombre d'entrées à Pôle emploi suite à un licenciement économique a diminué de 2,3 % sur un trimestre et de 15,4 % sur un an. Les ruptures conventionnelles ont également baissé sur un trimestre (- 1,6 %) mais ont augmenté de 4,1 % par rapport à l'année précédente. Parmi les autres motifs d'entrée à Pôle emploi, les fins de contrat (fin de CDD, fin de service civique, fin de période d'essai), qui représentent un quart du total des entrées, ont augmenté de 5,9 % sur un trimestre et de 5,7 % sur un an. Les fins de mission d'intérim se sont respectivement inscrites à + 0,7 % et + 11,4 %.

N.B. : Suite à la refonte des motifs d'inscription à Pôle emploi, les données sur les entrées en catégories A, B et C par motif ont été révisées et ne sont pas comparables avec celles précédemment publiées. Les données sont désormais publiées tous les trois mois et sont exprimées en moyenne trimestrielle.

 

CHÔMAGE DE LONGUE DURÉE

Nouvelle hausse du chômage de longue durée.
Au premier trimestre, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi depuis un an ou plus (en catégories A, B et C) a augmenté de 2,3 % sur un trimestre et de 6,9 % sur un an. La dégradation a ainsi été plus sensible qu'en France métropolitaine (+ 1,9 % sur un trimestre et + 6,5 % sur un an). Le chômage de longue durée concerne près de 279 000 personnes en Auvergne-Rhône-Alpes, soit 43,4 % de l'ensemble des demandeurs d'emploi (contre 41,5 % un an auparavant). En France métropolitaine, cette part atteint 45,7 %. 
 
N.B. : Les données sont désormais publiées tous les trois mois et sont exprimées en moyenne trimestrielle.

 

EMPLOI INTÉRIMAIRE

Progression toujours soutenue de l'emploi intérimaire.
Les effectifs intérimaires ont continué d'augmenter lors des premiers mois de 2018, avec des hausses sensibles par rapport à l'année précédente. Les progressions sont redevenues plus fortes qu'au niveau national à partir du mois de février. Après + 8,1 % en avril (sur un an), l'intérim a augmenté de 4,3 % en mai (+ 2,2 % en France). Les services (+ 24,0 %), les transports (+ 11,6 %) et l'industrie (+ 2,2 %) ont vu leurs effectifs intérimaires augmenter, à l'inverse du commerce (- 4,4 %) et du BTP (- 8,5 %). Toutes les qualifications se sont inscrites en hausse, aux premiers rangs desquelles les employés (+ 24,6 %).

Le baromètre PRISM'EMPLOI est réalisé chaque mois depuis 2011 par PRISM'EMPLOI, organisation professionnelle qui regroupe au plan national plus de 600 entreprises de toutes tailles, représentant 90 % du chiffre d'affaires des professionnels du recrutement et de l'intérim.