BTP

Le premier trimestre s'est révélé moins propice à l'activité des travaux publics, à l'instar de ce qui est généralement observé à cette période de l'année. Les carnets de commandes étaient néanmoins légèrement plus garnis que leur moyenne de longue période et les prévisions d'activité étaient plus optimistes pour le deuxième trimestre. La construction neuve est restée bien orientée, particulièrement pour les locaux d'activité. Le marché de la commercialisation de logements neufs s'est en revanche replié après une forte activité.

 

COMMERCIALISATION DE LOGEMENTS NEUFS

Repli du marché après une forte activité.
En début d'année, l'activité de la promotion immobilière a été inférieure aux niveaux exceptionnels atteints l'année précédente. En cumul du deuxième trimestre 2017 au premier trimestre 2018, les ventes d'appartements neufs ont reculé de 8 % par rapport à la même période un an auparavant (contre - 1 % au niveau national). Les données du seul premier trimestre 2018 ont confirmé cette tendance, avec également - 8 % sur un an. Les mises en vente cumulées sur douze mois se sont inscrites en baisse de 11 % (- 5 % en France), le seul premier trimestre affichant un tassement de 2 % sur un an. Le niveau des ventes étant proche de celui des mises en vente, les stocks évoluent peu : en mars 2018, le nombre d'appartements neufs disponibles est supérieur de 1 % à l'année précédente. En moyenne sur les quatre derniers trimestres, le prix moyen de vente au m² (3 949 euros) augmente de 2 %.

Les ventes de maisons neuves ont continué d'augmenter en cumul sur douze mois (+ 4 %), malgré un premier trimestre en recul de 11 % sur un an. Les mises en ventes se sont en revanche orientées en baisse, avec - 5 % en cumul annuel et - 20 % au seul premier trimestre (sur un an). Le stock de maisons disponibles est quasi stable par rapport à mars 2017. Le prix du lot (en moyenne sur les quatre derniers trimestres) est en forte hausse, avec + 9 %.

 

 

 

CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

La construction de logements neufs toujours en progression.
Du deuxième trimestre 2017 au premier trimestre 2018, le nombre de logements mis en chantier a augmenté de 6 % par rapport à la même période un an plus tôt (contre + 10 % en France métropolitaine). La hausse a été deux fois plus forte pour les maisons que pour les logements collectifs. Au seul premier trimestre, les mises en chantier de logements se sont cependant inscrites en recul de 3 % sur un an. Au plus haut depuis dix ans et tirées par les logements collectifs, les autorisations de construire ont augmenté de 12 % sur douze mois glissants (+ 4 % dans l'hexagone). Le premier trimestre a confirmé la robustesse de cette tendance.

 

CONSTRUCTION DE LOCAUX D'ACTIVITÉ

Tendance toujours favorable pour la construction de locaux d'activité.
Du deuxième trimestre 2017 au premier trimestre 2018, les mises en chantier de locaux d'activité ont affiché une hausse de 31 % par rapport à la même période un an auparavant (+ 10 % en France métropolitaine). Les surfaces de locaux industriels, de commerces et de bureaux ont fortement progressé. Les autorisations de construire ont également sensiblement augmenté sur douze mois glissants (+ 27 % contre + 9 % au niveau national). C'est dans l'Ain et la Métropole de Lyon que les autorisations de construire ont le plus progressé. Les données du seul premier trimestre 2018 confirment la dynamique tant pour les mises en chantier que pour les autorisations.

 

TRAVAUX PUBLICS

Les perspectives demeurent favorables.
Conformément à ce qui est généralement observé en début d'année par les chefs d'entreprise, le premier trimestre s'est avéré moins propice à l'activité aussi bien en Auvergne qu'en Rhône-Alpes. Même si les carnets de commande ont peu progressé par rapport au premier trimestre 2017, ils s'avèrent légèrement supérieurs à la moyenne de longue période. Les prévisions d'activité sont en revanche plus optimistes concernant le second trimestre 2018. Au regard du solde d'opinion, les effectifs salariés devraient se maintenir et pourraient progresser. La très grande majorité des entreprises ont déclaré être limitées dans leurs capacités de production au premier trimestre. Les principaux freins rencontrés concernent les conditions climatiques et l'insuffisance de personnel, et non l'insuffisance de la demande.
Consultez les données du secteur des travaux publics pour l’année 2017