Industrie

Le chiffre d'affaires des entreprises industrielles a de nouveau progressé au deuxième trimestre, bien que selon un rythme plus modéré (+ 3,1 % par rapport à la même période de 2017). L'activité industrielle s'est redressée avec de bonnes tendances dans l'agroalimentaire, la fabrication de produits électriques et le décolletage. Les carnets de commandes ont été bien garnis. L'activité de la plasturgie s'est stabilisée après l'élan du début d'année, dans un contexte de hausse des prix des matières premières. L'activité de la chimie s'est également stabilisée à un bon niveau.

 

INDICATEUR DU CLIMAT DES AFFAIRES

L'indicateur du climat des affaires dans l'industrie demeure supérieur à sa moyenne de long terme.
À fin juillet comme à fin juin, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie s'est établi à 102 en Auvergne-Rhône-Alpes et à 101 pour la France.

Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation conjoncturelle. Il résume par une variable synthétique l'évolution des soldes d'opinion qui présentent des évolutions similaires dans le temps. En hausse, il traduit une amélioration du climat conjoncturel ; en baisse, sa dégradation ; 100 = moyenne de longue période.

Source : Banque de France​

 

CARNETS DE COMMANDES ET STOCKS

Des carnets de commandes bien garnis.
L'activité industrielle s'est redressée au deuxième trimestre, portée par la bonne activité dans les secteurs de l'agroalimentaire, de la fabrication de produits électriques ou encore du décolletage. Les prises de commandes se sont intensifiées dans la quasi-totalité des segments interrogés, maintenant les carnets à un niveau toujours jugé satisfaisant par les chefs d'entreprises.

N.B. : À compter de juin 2018, le traitement de la saisonnalité évolue en se conformant aux meilleures pratiques internationales. Les données ont été rétropolées depuis le début de l'année 2018.

Source : Banque de France

 

CHIFFRE D'AFFAIRES DES ENTREPRISES

Progression ralentie du chiffre d'affaires.
Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires de l'industrie manufacturière s'est inscrit en hausse de 3,1 % par rapport à l'année précédente, soit un rythme deux fois moindre qu'en début d'année. La tendance est cependant restée plus favorable dans la région qu'au niveau national (- 3,5 % sur un an).

N.B. : Les valeurs des chiffres d'affaires présentées correspondent aux chiffres d'affaires des entreprises dont le siège social est en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

PLASTURGIE 

Activité stable et en amélioration en comparaison annuelle.
Les indicateurs de l'enquête Conjoncture Plasturgie démontrent une activité stable pour les plasturgistes au deuxième trimestre. De nombreux effets de saisonnalité sont venus freiner l'élan du début d'année et les prévisions des répondants sont moins optimistes. Les prix des matières plastiques sont repartis à la hausse au cours de l'été. Alors que certains producteurs annoncent des arrêts de production de certains grades (qualités de matières), les plasturgistes essayent d'anticiper au mieux d'éventuelles ruptures. Le marché automobile soutient toujours la croissance, suivi de près par la cosmétique. Le flou conjoncturel autour des produits de la grande consommation demeure et les plasturgistes du secteur espèrent une activité plus soutenue pour la fin 2018.

 

CHIMIE - PARACHIMIE

Le deuxième trimestre a perdu en intensité.
Après un très bon début d'année, l'activité s'est stabilisée à un bon niveau avec des carnets de commandes toujours étoffés. En juillet, 32 % des entreprises connaissent une baisse de leur niveau d'utilisation de capacités de production. Dans un contexte de remontée des prix du pétrole, de protectionnisme américain et d'appréciation de l'euro, les entreprises sont moins optimistes et le niveau de l'indice de confiance retombe à sa moyenne de long terme. Même moins soutenu, le courant d'affaires reste favorable et devrait se maintenir. La hausse des investissements tend à ralentir et à se stabiliser au deuxième trimestre. Les tensions sur les recrutements se renforcent. Les entreprises maintiennent leurs projets de recrutement pour les prochains mois.