BTP

L'activité des travaux publics s'est inscrite en hausse au deuxième trimestre, comme l'avaient anticipé les chefs d'entreprises. L'insuffisance de personnel est devenue le premier frein à l'accroissement de la production. Les perspectives demeuraient favorables pour le troisième trimestre. Si la construction de locaux d'activité est restée très bien orientée, à la fois pour les mises en chantier et les autorisations de construire, celle de logements a confirmé son ralentissement. La baisse d'activité s'est confirmée pour la commercialisation de logements neufs, même si les ventes de maisons sont restées bien orientées en cumul sur douze mois.
 

COMMERCIALISATION DE LOGEMENTS NEUFS

Baisse d'activité confirmée.
Au cours de la dernière année glissante (du troisième trimestre 2017 au deuxième trimestre 2018), les ventes d'appartements neufs ont de nouveau reculé (- 6 % par rapport à la même période un an auparavant, contre une progression de 0,7 % au niveau national). Les données du seul deuxième trimestre s'inscrivent dans cette tendance avec - 6 % sur un an. Les mises en vente d'appartements neufs ont également poursuivi leur baisse : - 11 % sur douze mois glissants (contre - 8 % en France) avec une accélération pour le seul deuxième trimestre (- 16 %). Avec des mises en vente moins nombreuses que les ventes, le nombre d'appartements neufs disponibles en juin recule légèrement (- 1 % par rapport au même mois de 2017). En moyenne sur les quatre derniers trimestres, le prix moyen de vente au m² (3 945 euros) progresse de 1 %.
Les ventes de maisons neuves ont en revanche poursuivi leur progression en cumul sur douze mois (+ 2 %, contre - 9,2 % au niveau national), malgré un recul de 12 % sur un an pour le seul deuxième trimestre. Les mises en ventes ont continué de se replier (- 10 % en cumul sur douze mois et - 37 % au seul deuxième trimestre). Le stock de maisons disponibles est en baisse de 5 % par rapport à juin 2017. Le prix moyen du lot (en moyenne sur la dernière année glissante) s'inscrit de nouveau en sensible progression (+ 11 %).

 

 

 

CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

La croissance de la construction de logements marque le pas.
A fin juin, sur douze mois glissants, le nombre de logements mis en chantier a augmenté de 3 % par rapport à la même période de l'année précédente. Cette progression, toujours inférieure à celle enregistrée au niveau national (+ 6 %), a été portée par l'habitat collectif alors que l'habitat individuel a stagné. Le seul deuxième trimestre s'est cependant inscrit en recul sur un an (- 8 %) avec une contraction dans le Rhône et la Métropole de Lyon. Les autorisations de construire se sont repliées en cumul sur douze mois (- 1 %), malgré une légère progression pour les logements collectifs. Les autorisations demeurent cependant proches de leur point haut de 2012. Le seul deuxième trimestre affiche une baisse de 7 % par rapport à 2017.

 

CONSTRUCTION DE LOCAUX D'ACTIVITÉ

La construction de locaux d'activité reste très bien orientée.
A fin juin, sur douze mois glissants, les mises en chantier de locaux restent en forte progression (+ 25 % par rapport à la même période un an auparavant, contre + 10 % au niveau national). Le seul deuxième trimestre s'est inscrit en hausse de 3 % par rapport à 2017 avec une progression sensible pour l'hôtellerie, les bureaux, le commerce et l'industrie. Les autorisations de construire sont également restées en forte hausse en cumul sur un an (+ 30 % contre + 7 % en France). C'est dans l'Ain, la Loire et la Métropole de Lyon qu'elles ont le plus progressé. Le seul deuxième trimestre a affiché une progression de 14 % par rapport à 2017.

 

TRAVAUX PUBLICS

Les perspectives favorables confirmées.
Comme ils l'avaient anticipé, les chefs d'entreprises ont fait état d'une hausse d'activité au deuxième trimestre, et ce, sur l'ensemble de la région. Les carnets de commandes se sont stabilisés à un niveau élevé dans la partie Auvergne et se sont garnis dans la partie Rhône-Alpes. A l'instar du trimestre précédent, la très grande majorité des entreprises ont déclaré être limitées dans leurs capacités de production. Plus de la moitié des entrepreneurs ont fait part de difficultés liées à l'insuffisance de personnel, devenu le premier frein à l'accroissement de la production. Pour le troisième trimestre, les perspectives d'activité étaient bien orientées, les entrepreneurs se montrant particulièrement optimistes par rapport à ce qui est généralement observé à cette période de l'année. Dans ce contexte, les effectifs devraient progresser.